Commentaires

  1. Un énorme merci à Ouassila et Amid pour ces merveilleux moments de partages qu'ils ont offerts aux enfants et adultes de l'école de Montricoux.

    J'espère que nos chemins se croiseront à nouveaux pour poursuivre ces enrichissants échanges qui nourrissent l'espoir d'un monde meilleur. Cordialement ,Christiane.

  2. Comment dire???

    Tout simplement une belle rencontre...de la générosité...un charme fou...et surtout beaucoup à donner....Passer à côté de vous sans capter une immensité d'ondes positives est impossible......Merci de ce moment qui, il faut bien le dire n'avait pourtant rien "d'artistique"....quoique...Cordialement, Kris.

  3. LA DEPECHE du MIDI : Accueil » Grand Sud » Tarn

    Castres et sa région Actu | Sports | Loisirs Publié le 06/11/2012 09:08

    Ajouter un commentaire Castres.

    Amid Beriouni : «Voir la culture autrement»

    portrait

    Amid Beriouni vit à Castres et sillonne toute la France avec ses spectacles de conteur. Il explique sa façon de voir la culture./Photo DDM

    Amid Beriouni est conteur et vit à Castres depuis de nombreuses années. Il sera d'ailleurs le 15 novembre prochain à la médiathèque d'Aussillon pour trois spectacles (14h, 15h et 18h30) mais ce n'est pas avec le souci de faire la promotion de son spectacle qu'il a poussé la porte de la Dépêche : «Je me suis dit qu'à cette occasion d'être produit dans ma région, il fallait absolument que je dise certaines choses sur le spectacle vivant. Tout va bien pour moi. Le conte est plutôt à la mode et mon expérience me permet de me produire un peu partout en France. En revanche, je me dis que la création est aujourd'hui confrontée, comme beaucoup de choses, à une attitude de consommation. Nous voilà inscrits sur une programmation. Comme partout, celle de la ville de Castres est riche aussi. Mais si les élus considèrent que la culture est d'utilité publique, il faudrait sortir de cette offre qui reste technique, puisée dans un catalogue, pour donner davantage de sens. Je veux là prononcer des paroles humanistes pour inciter à ce que l'on aille vers les publics pour qu'ils ouvrent les yeux. Et qu'ils ne soient pas que des consommateurs.»

    Amid Beriouni puise dans le registre traditionnel ses inspirations pour les conter sur les planches. Il est aussi directeur artistique du festival «Toulouse conte» et mène de nombreux projets avec le musée des Augustins. «On vient m'appeler ici, à côté de chez moi à Aussillon, je suis content. Mais je voudrais aussi rappeler cette universalité de la culture. Que l'on parle aussi de rêves et de poésies. La création est aussi un train multicolore qui nous donne une approche du vivre ensemble.»

    Plutôt que d'être de simples «producteurs de spectacles», Amid Beriouni voudrait ainsi que les artistes trouvent leur place dans la cité. A l'âge de 50 ans, le conteur castrais arrive à une forme de sérénité qu'il souhaite partager : «Je reste voyageur et nomade et je puise dans tous les registres du conte, de l'Orient bien sûr, de l'Asie mais aussi de partout ailleurs dans le Monde. Je pense que cela vaut vraiment le coup que l'on ait une réflexion sur le spectacle vivant, sur sa façon de s'insérer dans la vie locale. Je pense par exemple au concept de résidence qui me parait très intéressant. C'est bien d'aménager les trottoirs d'une ville, mais c'est aussi nécessaire d'aménager les chemins qui mènent vers la culture.»

    J.-M.G.

  4. Le 12 mai dernier, dans le cadre de Toulouse Conte et de son thème Rêv'olution, la librairie Sorcière Tire-Lire a accueilli deux conteurs, Amid Beriouni et Marie Ktorza Luna, et une harpiste, Rébecca Féron. Complice avec les structures de la ville, le festival Toulouse Conte propose une programmation riche d'inspirations, qui s'étale sur cinq jours dans une multitude de lieux très variés: au coin d'une rue, au cœur d'une place, derrière des portes, dans des musées, des médiathèques et , donc, dans une librairie... n°62 de Citrouille


    Pour cette deuxième édition de Toulouse Conte, Amid Beriouni, conteur mais également directeur artistique du festival, souhaitait essayer un nouveau duo chez nous, une improvisation mêlant des conteurs et une harpiste. «Et si on racontait des histoires de sorcières?... Vous êtes bien une librairie sorcière, non?!». Bonne idée, et aussitôt dit, aussitôt adopté! Pour lancer l'inspiration, il fallait juste la nourrir de quelques lectures, et Marie Ktorza Luna est donc repartie avec une belle pile de livres pour se replonger dans l'univers de Pélagie, Babayaga, Rabounia, Cornebidouille et autres sorcières…

    FOCUSdans les murs TOULOUSE - 01 octobre 2012

    Ensorcelés par deux conteurs et une harpiste …

    Le jour du spectacle, toute drapée de blanc pour l’événement, la librairie a suspendu le temps. Les meubles ont été poussés pour laisser de la place au spectacle. Une petite sorcière suspendue dans les airs a donné le ton de la rencontre. Le jeune public est arrivé. Deux, trois, cinq enfants. Des parents… Une soixantaine de personnes a fini par se rassembler, serrées, pour écouter des histoires de sorcières ensorcelées par les doux sons de la harpe. Ding, ding, ding... Les premières notes ont flotté dans l'air. Avec la magie de son instrument, Rébecca a installé l'atmosphère nécessaire. Rien de tel que la mélodie d'une harpe qui coule pour partir au pays d'«Il était une fois»... Et là, vouh, Marie est entrée en scène avec une voix de sorcière à vous glacer le sang! Il y a eu de méchantes sorcières et une jolie jeune fille, on a fêté un anniversaire, on a tourné dans une danse, on s'est disputé, on s'est réconcilié, on a jeté des sorts… Et toujours les cordes de la harpe pour donner le ton. L'envoûtement a été total! Surgi de nulle part, Amid est alors arrivé à son tour. Il a ouvert un coffre, dans lequel il y avait un autre coffre, puis un autre encore... On est parti du côté des Mille et une nuits. Éclats de rires, pleurs… Les sorcières ont fait faire n'importe quoi au public qui a suivi les yeux fermés et qui en redemandait encore. Il s'est vraiment passé un beau moment de conte ce matin-là, fort en émotion, et nous en voulons encore beaucoup comme celui-là!

    Lire la suite dans le n°62 de Citrouille, disponible dans les Librairies Sorcières (coordonnées ici)

  5. Il y avait un homme. Un homme à fleur de mots, à fleur de contes. Ses paroles étaient de miel, ses rires comme dix soleils. Il marchait, voyageait et partout où il passait, il semait quelques graines... des graines de mots, des graines à fleur de peau...

    Un jour, nos chemins se croisèrent.

    La rencontre fut telle qu'un vent semé d'étoiles tourbillonna autour de nous.

    Il y avait un homme. Il y avait une femme.

    Ils marchaient, voyageaient et semaient quelques graines... des graines de mots, des graines de rêves...

    Il y avait des hommes. Il y avait des femmes. il y avait des enfants. il y avait des vieillard et des arbres aussi. Il y avait des gouttes de pluie, des papillons, des rondes et des plumes, des fruits et des ruisseaux...

    il y avait tout un monde qui semait quelques graines... des graines de mots, des graines de rêves... et la mélodie fut un enchantement pour l'univers...

    Avec toute ma gratitude, je l'ai rencontré cet Homme,

    et je vous souhaite à tous, un jour de le rencontrer...

  6. Soirée inoubliable en compagnie de trois artistes talentueux, et unis dans une écoute fine, qui n'a pas échappé au public. Entouré de Jean-Christophe à l'oud, et de Rebecca Féron à la harpe, le conteur magicien Amid Beriouni nous a fait voyager, entre Orient et Occident, abondance et dénuement, humour et poésie. Dans ce conte du Voyageur aux accents philosophiques, Amid nous a transporté loin dans le rêve, ouvrant l'imaginaire en même temps que la voie, sensible au rire des enfants, à l'étonnement des grands. Clown au masque grimaçant, prêtant son visage à la misère comme à la bonté, à l'émotion comme au rire, fustigeant le matérialisme qui vide nos vies de leur essence même, Amid le poète philosophe nous a conduit dans des contrées réclamées par nos vies, essentielles en ce temps de misère humaine. Ses amis Rebecca et Jean-Christophe fidèles complices de sa voix, firent trembler les pierres d'une musique parfaitement ajustée aux mots. Merci les amis de la Cie Cont'acte pour votre présence riche, belle et si authentiquement humaine. Revenez vite !

  7. Quel moment magnifique à Puylaurens ce samedi 14 janvier 2012 !

    Il a bravé le froid, l'altitude ( bon un peu depuis Toulouse), la ruralité, la brutalité de la porte d'entrée sans cesse ouverte pour finalement nous donner envie de boire le breuvage de ses mots. J'ai été scotché par cette présence sur scène ( si petite était-elle), par son adaptabilité aux enfants, par l'enchevêtrement de ces récits. "Encore" : C'est le mot qui me vient à la suite de ce moment partagé, comme une gourmandise dont l'on ne cesserait de goûter le délice.Quel don de faire voyager ceux qui ne le peuvent pas matériellement. MERCI DE VOTRE GENEROSITE.

  8. en voyage de rêve porté par la magie du père-noël conteur de Labruguière, nous avons ri bercé par le oud et vos voix sublimes, et les jeux des enfants sur scène , l'aveugle voit avec son coeur .... :--)))

Amid Beriouni

8

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player